Vous êtes ici : Accueil » Le village » Notre histoire

Le village

Notre histoire

Notre territoire semble avoir été habité à partir du Néolithique, mais les premiers signes d’habitation datent de l’époque préromaine.

Les oppida de Ratataigne, de Fontblanche et celui situé au-dessus du hameau des Bastides, en sont des témoignages.

C’est en 59 avant Jésus-Christ que fut bâti Rocca Fortis, à l’emplacement du lieu appelé actuellement vieux château de Roquefort, vigie établie par les Romains pour surveiller les mouvements de rébellions des Gaulois, soutenue par Massalia.

Il ne compte alors que quelques dizaines d’habitants.

C’est le Seigneur de Julhans qui, en 1240, regroupe la population au sein d’un village perché - dont il ne reste que des vestiges - autour d’une chapelle "Notre Dame" qui sera connue plus tard sous le nom de chapelle Saint André.

Le Castrum Rochefortis devient alors un village fortifié, hameau aux maisons éparses, situé dans les collines au-dessus d’une barre rocheuse qui surplombe l’actuel hameau de Roquefort.

A partir du XVIIème siècle, les familles, ne craignant plus d’offensives hostiles, abandonnent ce site et s’installent dans la vallée où une vie agricole s’organise autour du hameau de Roquefort et du hameau des Bastides.

Ainsi se constitue le nouveau village de Roquefort avec son église Saint Jean-Baptiste, érigée en 1734, et l’édification des châteaux de Roquefort et Rouvière.

Vers 1837, commence une période industrielle grâce à la découverte de Benoit-Hippolyte de Villeneuve-Flayosc, Marquis de Trans qui, entouré des ingénieurs Tocchi et Roux, met au point un nouveau procédé de fabrication de chaux hydrauliques en poudre et de sur-cuisson du ciment.
Parallèlement, des carriers italiens, à la recherche d’une pierre semblable à celle exploitée et épuisée en Italie du Nord, prospectent dans notre village.

A la fin du XIXème, une cinquantaine de carriers travaille la pierre avec passion malgré les difficultés de manipulation du matériau.

Le développement de nos industries attire ainsi une main-d’oeuvre étrangère, essentiellement italienne mais aussi espagnole et arménienne. Cimentiers, maçons, carriers… s’installent à proximité des usines au lieu-dit de La Bédoule.

Rapidement, le village se développe au carrefour des quatre chemins menant à Aubagne, La Ciotat, Cuges-Les Pins et Cassis, quartier devenant le plus peuplé, le plus actif et le plus prospère.
En raison de l’expansion du quartier de La Bédoule, il est procédé en 1885 au transfert de la mairie et des écoles du hameau de Roquefort vers La Bédoule.

Néanmoins, le hameau de Roquefort conserve son église et une mairie annexe. Une petite école y fonctionnera jusqu’au milieu du XXème siècle.
En 1895, débute la construction de la chapelle Sainte Roseline qui deviendra en 1912 l’Eglise Sainte Roseline.
C’est entre 1890 et 1920 que l’industrie de la chaux et du ciment atteint son apogée. Le hameau industriel (La Bédoule) prend irrésistiblement le pas sur le hameau agricole (Roquefort) si bien qu’en 1918, la commune devient ROQUEFORT-LA BEDOULE.
Vers les années 1930, les technologies modernes rendent caducs les procédés de fabrication.
Les usines ferment peu à peu. La population, recensée à 2000 habitants en 1900, est ramenée à 1120 en 1946.

Avec le déclin des industries, l’activité du village redevient essentiellement agricole avec la culture de fruitiers et de la vigne principalement.
Aux côtés des grands domaines viticoles que sont le Château Barbanau, le Château de Roquefort et le Domaine Le Grand Rouvière, une coopérative agricole a ouvert ses portes en 1963 rassemblant nombre de propriétaires viticoles.

À partir des années 1960, la commune connaît à nouveau un essor de population assez important puisque le nombre d’habitants passe d’environ 1300 habitants en 1962 à plus de 3000 en 1982.

Depuis les années 1980, la population augmente régulièrement pour s’établir en 2009 à 5016 habitants.

votre recherche

recevoir la Newsletter

actualités - agenda

17
12 2016

SPECTACLE DE FIN D'ANNÉE "PARIS RÊVERIE"

Paris Rêverie est une revue cabaret itinérante qui respecte la pure tradition des plus grands cabarets parisiens, avec de somptueux costumes. Plumes, strass et paillettes seront au rendez-vous en cette fin d'année.   Samedi 17 décembre20h30 : Salle André Malraux Droits d'entrée : 10 euros
13
12 2016

Repas de Noël des Seniors

  Repas suivi d'une aprés-midi récréative offerts par la Municipalité A partir de 12h : Salle André Malraux        
11
12 2016

Loto du Comité des Fêtes

15h : Salle André Malraux
02
12 2016

WEEKEND TÉLÉTHON

Vendredi 2 décembreSalle André Malraux à partir de 18h Animations sportives « l'arbre du sport, Kun-fu, Kick Boxing, Sambo » et démonstrations de danses Country et de l'école de Danse Animations et stands Avec la participation de la FCPE et la PEEP, Mado, Jeremy Photographe Soirée…
25
11 2016

"LE PARLEMENT LAPON" ET "LA TRANSHUMANCE DES RENNES"

Denis Caviglia, photographe au sein d'une agence photo en Scandinavie pendant de nombreuses années, a eu le privilège d'établir des contacts profonds et amicaux avec le peuple Sami, les Lapons. Une expérience de vie au cours de laquelle il a eu l'occasion d'assister à la mise en place du Parlement lapon "Le Sammideggi". Seul…
19
11 2016

THEATRE : "AINSI SOIT-IL"

Le Père Fagolle, prêtre sans histoire, a découvert des pièces d'or dans son jardin.Il attend avec fébrilité la venue de son évêque et d'une journaliste d'un mensuel catholique intégriste.Mais quand le Diable - qui est un bon diable - s'amuse et s'en mêle, la vie du Père Fagolle ne va plus être un long euve…

Toutes les actualités


Hôtel de ville
13830 Roquefort la Bédoule
Mentions légales

Tél : 04.42.73.21.12
Fax : 04.42.73.21.82
©2009-16 Roquefort la Bédoule - Tous droits réservés Conception et réalisation agence web Answeb